page 1
page 1
accueil / histoire
accueil
Le Petit Train
septembre 2003
Enfin une liaison par " Tramways " entre
Caussade et Caylus

           " C'est vendredi prochain 11 juillet que l'administration des tramways départementaux a fixé la mise en circulation de la ligne Caussade Caylus".

         La station de Septfonds étant en dehors de la ville, il est des intérêts des habitants et même de la compagnie des tramways de faire un arrêt facultatif au Pont Bascule. C'est endroit étant le centre de Septfonds et assez éloigné de la gare, un arrêt à ce carrefour est d'une grande utilité.

Ces informations parues dans le journal La Dépêche du 09 et du 13 juillet 1913, concluaient une longue période de tractation débutée en 1884, entre les responsables départementaux de l'aménagement du territoire et le comité local des industriels et manufacturiers de la chapellerie qui demandaient la construction d'une ligne de chemin de fer reliant Septfonds et la gare de Caussade.

           Ce raccordement fût réalisé par la construction d'une ligne de Tramways à vapeurs ( l'écartement des rails était de 1 mètre ) tracée entre Caussade et caylus sur la plate-forme de la route royale Montauban / Millau.
Il faut 1 heure 15 au petit train à vapeur pour parcourir les 22 km séparant Caussade de Caylus et 22 minutes pour ralier Septfonds et " l'arrêt des promenades " de Caussade. Sa vitesse ne dépasse pas 40 Km/h en palier, 20 Km/h le long de la route et 6 Km/h aux croisements des chemins.

          A l'époque des voitures à chevaux, ce train connaît rapidement un grand succès surtout pour les voyageurs. Le 04 août 1913 il faut faire circuler 3 trains pour ramener le soir de Caussade les nombreux visiteurs de la "foire aux chiens". En 1919, ce petit train, dont la composition varie de 3 à 7 véhicules d'une capacité de 24 places assises, est emprunté par 35000 voyageurs.

          Le 28 mars 1921 (jour de pâques), le train du soir qui revient
de Caussade remorque 12 wagons de voyageurs. Lorsqu'il est
trop chargé, (affluence voyageurs ou wagons de marchandises
supplémentaires : charbons, bois, paille...) le train a quelques
difficultés à gravir les rampes des côtes de Dardennes, de
Septfonds et de Lavaurette, il n'est pas rare alors , que quelques
jeunes militaires descendent et aident dans la plus grande joie le
convoi à franchir ces obstacles, puis reprennent place sur les
marches pieds extérieurs.


         La concurrence de la voiture individuelle, ainsi que celle des lignes de transports routiers collectifs a eu raison de ce petit chemin de fer trop vitr inadapté dont l'exploitation cessera en décembre 1933. Aujourd'hui, de cette épopée ferroviaire, il ne reste plus que quelques bâtiments; ceux des stations de Caussade, Caylus et Septfonds avec le socle qui supporta le château d'eau.

          Il a rendu pendant 20 ans aux industriels locaux et aux Septfontois les services qu'ils étaient en droit d'attendre d'un moyen de transport moderne. En effet, il a remplacé la voiture à cheval, utilisée depuis des siècles mais il s'est développé à l'orée d'une période d'intense activité industrielle où le progrès technique d'un jour reste toujours éphémère.

         Sous son aspect un peu folklorique, l'histoire de ce petit train nous rappelle avec sagesse et modestie la fragilité de la vie.
          Pour plus d'information sur l'histoire de ce Petit Chemin de Fer vous pouvez contacter
l' Association des Amis de Septfonds.

       "Bulletin municipal"                                                                               Pierre Gauthié
                                                                                                           Président de l'association des Amis de Septfonds