(1) (2) (3) 4 (5)     page 4
Dieudonné Costes et Maurice Bellonte, embarquement sur une barge, amenant l'appareil au Paquebot 'La France' dans le port de New York.
Dieudonné Costes et Maurice Bellonte, à bord du paquebot
le 25 octobre 1930, Paris enthousiaste,
accueille les héros.
Discours de M. Labbe, maire de
Au pied du sémaphore en
Entouré de la garde Républicaine, à bord de la voiture Hispano Suiza, le
Entouré de la garde Républicaine, à bord de la voiture Hispano Suiza, le
Entouré de la garde Républicaine, à bord de la voiture Hispano Suiza, le
         
Discours de M. Labbé, maire de
Bléville, entouré de René Coty
et Augustin Normand.
Au pied du sémaphore en
compagnie de Leon Meyer,
maire du Havre.
Entouré de la garde Républicaine, à bord de la voiture Hispano Suiza, le
cortège se dirige vers l'hôtel de ville du Havre.
le 25 octobre 1930, Paris enthousiaste accueille les héros de l'Atlantique, décorés le matin de la Légion d'honneur par Gaston Doumergue.
Le  Point d'interrogation  sera remonté dans un hangar de l'aéro-club du Havre.
Dieudonné Costes et Maurice Bellonte,
à bord du paquebot "La France"

     Le célèbre Breguet super bidon baptisé " Point d'Interrogation ", pris la route du terrain de Bléville (aérodrome du Havre de l'époque, actuellement stade Gagarine). L'appareil sera remonté dans un hangar de l'aéro-club du Havre.
     Le lendemain, le 25 octobre, on sort du hangar l'appareil, suivi de séances d'autographes et de photographies en compagnie des deux héros, avant leur départ.
   Ils arriveront le 24 octobre 1930 au port du Havre. Une délégation de gens importants de la cité Océane étaient présentes pour accueillir les deux aviateurs, ainsi que Louis Breguet le constructeur de l'avion, un représentant du motoriste Hispano Suiza, ainsi que Léon Molon président de l'aéro-club du Havre.
   La ville avait revêtu ses plus beaux atours. Ils prennent place à bord d'une superbe Hispano Suiza en compagnie de Léon Meyer maire du Havre. Ils remontent la ville au pas des gardes républicains formant un cordon de protection autour du cortège.
   Une foule énorme acclame les héros. Une formation d'avions militaires passe au dessus du défilé. Arrivée dans l'hôtel de ville où se donne une réception en leur honneur avec remise de médailles. Après les discours d'usages, la soirée se terminera par un bal à l'hôtel Frascati.
page 4
Dieudonné Costes et Maurice Bellonte
La 1ère traversée Paris - New York 1er et 2 septembre 1930

accueil / histoire
accueil
Dieudonné COSTES
L'exploit réalisé par l'équipage frenchy suscite un enthousiasme phénoménal auprès du grand public. Du 6 septembre
au 10 octobre, ils effectuent un " Tour de l'amitié " à travers les États-Unis et sont acclamés partout où ils se posent.
   Leur retour au pays est triomphal. Toutes les villes de province les réclament. Le " ? " entame alors une nouvelle virée de Douai à Perpignan via Lille, Metz, Strasbourg, Nancy, Dijon, Clermont-Ferrand, Marseille, Toulouse, Pau, Bordeaux, Angers, Rouen et Reims.
   17 novembre 1930. L'avion fait donc comme prévu étape à Perpignan.
   L'annonce de sa visite a largement été annoncée dans les colonnes de l'Indépendant. Costes et Bellonte ne sont
ce jour-là attendus à l'aéroport de la Llabanère qu'à 11H00, mais dès 9h00 du matin, les Catalans déferlent par bus entiers en direction du centre-ville de la préfecture des P.-O. Pour l'occasion, administrations, écoles et commerces ont fermé leurs portes.
   L'atterrissage du " ? " provoque une cohue sans nom sur et à proximité du tarmac. " Une aimable confusion malgré le service d'ordre paternel mais ferme ". Réquisitionnés pour l'occasion quelques tirailleurs sénégalais doivent même repousser la foule à coups de crosses. Ambiance !
   Le cortège parvient néanmoins à se frayer un passage vers Perpignan. Les aviateurs ont pris place dans une Citroën rouge décapotable aux côtés du sénateur-maire Victor Dalbiez et du préfet Leroy. Les spectateurs restés sur place profitent du beau temps pour organiser à l'improviste grillades et cargolades. Sur le parcours : une foule énorme se presse. On est venu des départements voisins. Et même de Barcelone.
   Le cortège emprunte l'avenue Joffre, les boulevards Clemenceau et Pyrénées, la rue Grande Saint-Martin (rebaptisée depuis peu rue Foch) avant de rallier la place Arago. C'est du délire. Un authentique triomphe à l'américaine. Avec serpentins et papillons de papier. Costes et Bellonte sont ensuite reçus en grande pompe à la préfecture. Puis, invités d'honneur d'un banquet à l'Hôtel de ville. Avant leur départ, le maire leur remet à chacun une épingle de cravate représentant un point d'interrogation orné d'un grenat catalan.
   14H30. L'étape historique de Dieudonné Costes et Maurice Bellonte dans les Pyrénées-Orientales touche à sa fin. Dans un vrombissement puissant, les deux tonnes du Breguet 19TF prennent leur envol. Un dernier coup d'aile en guise d'adieu et le " ? " disparaît derrière les Corbières à la poursuite de sa fabuleuse destinée.

© J.-L.B / Photos archives l'Indépendant
Paquebot "La France" ou "France"
Le 25 octobre, on sort du hangar
le Point d'interrogation.
Le  Point d'interrogation  sera remonté dans un hangar de l'aéro-club du Havre.
Le retour sur la terre de France se fera à bord du paquebot "La France".
Embarquement sur une barge du " Point d'interrogation " amenant l'appareil au
Paquebot "La France".
Le Point d'interrogation, sera
remonté dans un hangar de
l'aéro-club du Havre.
Différentes sources sont associées à cette page : J.-L.B / Photos archives l'Indépendant / Archives municipales du Havre /
aviation-le-havre.over-blog.com
  Le webmaster
Arrivée au Havre à bord du remorqueur Minotaure.
Dieudonné Costes et Maurice Bellonte, embarquement sur une barge, amenant l'appareil au Paquebot 'La France' dans le port de New York.
Dieudonné Costes et Maurice Bellonte, entourés de journalistes, à droite le Breguet XIX, sur lequel on voit les noms des villes Américaines peintes sur la bande bleu blanc rouge.
Dieudonné Costes et Maurice Bellonte, l'arrivée au Havre à bord du remorqueur Minotaure.